Le BLOG

Determine

Empowering Decisions

26 mai 2016

La courbe de maturité des achats — la gestion des risques internes et externes – Partie 2

La courbe de maturité des achats — la gestion des risques internes et externes – Partie 2

Dans la partie 1 de cette série d’articles, nous avons évoqué la maturité des achats et nous avons étudié comment la fonction achats pouvait jouer un rôle plus déterminant dans la réduction des risques grâce à une implication continue et plus précoce dans le processus. Dans cette partie 2, nous comparerons les sources de risque internes et externes, et nous évoquerons comment maîtriser les risques.

Adopter un point de vue externe sur les risques.

Les achats doivent considérer que chaque catégorie de dépenses est directement influencée par les marchés de matériaux et ce, à des degrés divers tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Ce nouveau regard conduira à une redéfinition de nos priorités, traditionnellement liées à la réalisation d’économies. Plutôt que de se concentrer sur les besoins et souhaits de l’entreprise pour ensuite rechercher sur le marché la solution la mieux adaptée, les achats peuvent adopter une démarche plus proactive.

Ils peuvent notamment aider les décideurs en interne à envisager toutes les options disponibles – indépendamment de leurs exigences actuelles. La solution adoptée pourra ensuite être optimisée pour fournir des avantages non seulement immédiats mais aussi à plus long terme. Les exigences internes pourront ainsi évoluer en fonction des solutions les plus adaptées disponibles sur le marché.

Dans certains cas – et même si elles sont animées des meilleures intentions – les entreprises créent elles-mêmes leur propre risque, par exemple en définissant des spécifications si strictes qu’il leur sera impossible de trouver des sources d’approvisionnement de secours. À l’inverse, si nos fournisseurs nous considèrent « à maintenance élevée », ils seront moins susceptibles de prévenir à l’avance ou bien de nous offrir une assistance supplémentaire en cas de rupture.

Chaque catégorie de dépenses doit être évaluée afin de déterminer son profil de risque à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise.

Il peut être ardu pour les entreprises de s’autoanalyser en matière de gestion des risques. Rappelons toutefois que confronter les exigences de l’entreprise avec l’ensemble du marché ne revient pas à les définir uniquement en fonction de l’offre des fournisseurs. Tant que plusieurs fournisseurs seront en concurrence dans la même catégorie, il existera toujours un éventail de choix possibles à évaluer. L’objectif est de s’assurer, par le biais d’un examen complet de toutes les contraintes, internes comme externes, que chaque offre est aussi solide que possible.

Comprendre les risques et se tenir prêt à y faire face.

Les opportunités mises à part, les risques se matérialisent généralement sous forme de ruptures de la chaîne d’approvisionnement. Ces ruptures peuvent entraîner une indisponibilité temporaire des produits ou bien une hausse prohibitive des coûts. Les achats jouissent d’une position privilégiée pour surveiller les sources externes de risques et pour en estimer les conséquences internes. Nous pouvons prendre des mesures pour élaborer des plans de réduction des risques et prendre l’initiative de les mettre à exécution en cas d’un changement de conditions.

Il est essentiel que les achats ne fassent pas de distinction entre leurs activités liées à la réduction des risques et leurs autres responsabilités en matière de gestion des dépenses. Le sourcing, l’analyse des dépenses, la gestion des fournisseurs et la gestion des contrats doivent s’effectuer dans une conscience aiguë des risques. Cela sera d’autant plus vrai lorsque les achats auront démontré leur capacité à mener à bien ces processus et à obtenir de bons résultats, dans le respect d’objectifs fixés en interne.

La tâche des achats gagne en complexité lorsque nous tenons compte du fait que l’entreprise s’inscrit dans un système d’acteurs et de forces beaucoup plus vaste et que nous acceptons le rôle que nous pouvons jouer dans la gestion de ces dynamiques. Heureusement, cette complexité s’accompagne d’une hausse du potentiel d’avantage concurrentiel.

N’oubliez pas de consulter l’intégralité de notre série d’articles sur la courbe de maturité des achats, traitant entre autres de la conformité.

Article écrit par Kelly Barner